La mer pour tous, c'est le nom de cette opération dont a bénéficié la plage de La Perle le samedi 31 mars 2007. La mer pour tous, ou plus précisément pour les handicapés. Puisque ce sont eux qui se trouvent au centre de cette initiative du Rotary club de Grande-Terre pointe des Châteaux, du Rotary club de Basse-Terre et de la Commune de Deshaies. Ces trois partenaires ont cru bon s'associer afin de mettre à la disposition des personnes à mobilité réduite un fauteuil flottant sur la plage.

Car s'il est une préoccupation qui s'est largement généralisée dans le secteur du handicap, c'est bien la prise en charge de la personne dans sa globalité. On ne peut plus la percevoir seulement au travers de ses seules difficultés, qu'elles soient d'ordre physique ou intellectuel. C'est cette orientation qui a fait des loisirs un axe d'intervention tout aussi important que le soin ou l'acte thérapeutique.

En tout cas, il s'agit d'une belle convention que la commune de Deshaies et le Rotary club ont signé sur la plage de la Perle. Une plage tranquille, avec son beau sable roux, ses restaurants, ses paillotes et ses cocotiers, et qui présente, avec son poste de surveillance, des conditions de sécurité dont se doit de profiter le plus grand nombre.

plageperle

Pour réduire les différences

"En Guadeloupe, trop de personnes handicapées ont des difficultés à se baigner sur les plages, que ce soit pour les loisirs ou pour les besoins thérapeutiques", reconnaissent les partenaires de l'opération. C'est donc pour réduire les différences entre les personnes valides et celles qui sont en situation de handicap que le Rotary club de Grande-Terre pointe des Châteaux a mis en place, depuis 2004, l'opération la mer pour tous. Après la plage du bourg de Sainte-Anne, la plage de l'UCPA, à Saint-François, et celle des Dauphins du Moule, c'est au tour de la Perle de recevoir un équipement capable d'accueillir dignement les personnes handicapées. Un avantage pour cette plage du nord Basse-Terre, qui attendait que les instances publiques fassent en sorte qu'elle soit plus fréquentée.

extrait du France-Antilles du 31/03/2007 - Yvor J. LAPINARD