Etant retenue à l'Assemblée Nationale lors de la réunion du GREPP qui s'est tenue le 23 octobre dernier en Préfecture, Madame Jeanny MARC a reçu le mercredi 07 novembre, Monsieur Didier HOUSSIN , Directeur Général de la Santé, Délégué Interministériel.

La nommination de Monsieur HOUSSIN fait suite à la lettre que Madame le Député avait adressé au Premier Ministre le 26 juillet dernier. Les attributions de ce dernier visent à réactualiser le "plan chlordécone" en assurant son suivi au sein des ministères concernés.

Madame Jeanny MARC se félicite que ses efforts en vue de faire remonter auprès du Gouvernement les préoccupations des guadeloupéens aient retenu l'attention du Premier Ministre.

Poursuivant son objectif de faire toute la lumière quant aux conséquences de l'utilisation des pesticides en Guadeloupé, elle apprécie les dispositifs qui vont être mis en oeuvre, à savoir :

  • Doter les laboratoires locaux de moyens techniques de dosage du pesticide dans les produits

  • Poursuivre l'étude d'une cartographie fidèle qui permettra l'identification des zones contaminées, avec une évaluation renforcée des jardins familiaux, qui représentent une zone de contamination éventuelle.

  • Définir la dimension "sanitaire" du problème posé par l'utilisation du pesticide

  • Envisager le décontamination qui à ce jour se révèle très difficile à envisager et opter éventuellement vers une reconversion

  • Mettre en place une communication informative tout en adaptant les message à la réalité locale

Madame Jeanny MARC demeure vigileante au regard des engagements de l'Etat. En effet, cette contamination des sols, devra entraîner des dédommagements conséquents pour la filière agricole. Par ailleurs, il faudra être très attentif à la préservation des sols contaminés, et veiller à trouver des solutions astucieuses pour un aménagement du territoire harmonieux et pertinent.

Jeanny MARC a tenu à rencontrer le Professeur HOUSSIN car elle voulait d'une part réaffirmer son grand attachement à la Guadeloupe et d'autre part, à confirmer sa détermination pour faire toute la lumière sur un dossier qui selon l'acception générale est jusqu'à ce jour demeuré trop opaque.

Elle estime que les guadeloupéens ont le droit de savoir et que leurs élus ont le devoir de les informer.