Jeanny MARC, Député de la Guadeloupe a assisté ce jour à l’Assemblée Nationale aux débats qui ont précédé le vote du budget de l’Outre-mer. Quoique d’appartenances politiques diverses, elle a constaté que les députés ultramarins ont formulé quelques interrogations quant à ce budget. Par ailleurs, Madame MARC a noté la diminution progressive des investissements de l’État en faveur de l’Outre-mer.

Il est consternant de constater le désintérêt de l’État vis à vis des populations d’Outre-mer. Pourtant, elle avait cru comprendre que le projet du candidat SARKOZY pour l’Outre-mer était susceptible d’insuffler une nouvelle dynamique pour relancer l’économie de nos départements mise à mal par une gestion mal maîtrisée des gouvernements successifs. Hélas, la campagne électorale des présidentielles est bien loin. Nous sommes aujourd’hui confrontés à la dure réalité d’un retrait significatif du gouvernement dans nos départements

Le Député-Maire de Deshaies souhaite donc attirer l’attention des guadeloupéens sur la réalité du passif du budget que nous propose Monsieur le Secrétaire d’État de l’Outre-mer pour l’année 2008, soit:

  • 263 millions € équivalant au montant total des impayés aux régimes sociaux en 2008 au titre des exonérations de charges sociales,

  • 993 millions € correspondant au stock de dettes évalué par le rapport annuel 2006 du contrôle budgétaire et comptable ministériel, qui menacent à court terme le dispositif d’exonérations LOPOM,

  • 475 millions € correspondant au stock de dettes contractées entre 1997 et 2005,

  • 100 millions € dus aux opérateurs du logement social,

  • 133 millions € de retard de paiement au titre des engagements contractuels de l'État auprès des collectivités locales,

  • 4 millions € de besoins complémentaires de financement du passeport mobilité.

Toutes ces sommes démontrent bien que l'Etat est redevable à l'Outre-Mer d'un montant global de 1 milliard 968 millions d'€uros (soit 12.909 milliards de francs), ce qui confirme ainsi la faillite totale de la mission consacrée à l'Outre-mer.

Selon elle, le budget de l’Outre-mer couve de nombreuses bombes à retardement qui vont fragmenter toute ambition pour nos départements. En conséquence, Madame MARC ne peux valider la condamnation sournoise des générations ultramarines futures.

Madame le Député de la troisième circoncription de la Guadeloupe réaffirme avec conviction qu'elle ne serait donc pas complice en votant un budget aussi désastreux pour nos populations.