Depuis l’audition du Professeur BELPOMME en septembre dernier, le Gouvernement avait su faire preuve d’un activisme notoire de par ses nombreuses et incessantes déclarations d’intention. La nomination de Monsieur Didier HOUSSIN, Directeur Général de la Santé, est en soi une amorce de réponse faisant suite au courrier adressé par Madame le Député le 26 juillet dernier au Premier Ministre.

Trois mois après sa rencontre avec Monsieur Didier HOUSSIN, Directeur Général de la Santé, Jeanny MARC se félicite de la tenue de la séance plénière du Groupe Régional Phytosanitaire (GREPP) au travers de laquelle Monsieur HOUSSIN a présenté le plan interministériel « chlordécone ». Plan d’action triennal (2007 – 2010) qui reprend dans sa globalité les quatre volets sur lesquels Madame MARC et Monsieur HOUSSIN avaient pu échanger lors de leur rencontre du 07 novembre dernier, à savoir :

  • Améliorer la surveillance de l’environnement et de l’état de santé de la population ;

  • Continuer à réduire l’exposition de la population au chlordécone ;

  • Proposer les mesures d’accompagnement nécessaires en agriculture ;

  • Améliorer la surveillance des sols et produits des jardins familiaux.

Madame le Député de la Guadeloupe regrette néanmoins que des questions de fond au demeurant urgentes autour de l’indemnisation et de la reconversion des planteurs dont les terres se sont avérées contaminées, et donc impropres à la culture, n’aient fait l’objet que d’un traitement partiel et sommaire. En effet, force est de constater que ce plan d’actions a occulté les éléments relatifs aux montants prévus pour les indemnisations, aux délais de mobilisation de ces montants et ainsi que la définition précise des budgets ministériels sur lesquels ils seront amputés.

Madame Jeanny MARC réaffirme sa volonté de voire faire très rapidement toute la lumière sur cette catastrophe en demandant aux autorités de s’engager très concrètement sur des délais notamment en ce qui concerne la délivrance des accréditations et les dotations pour l’acquisition d’équipements techniques de dosage du chlordécone destinés aux laboratoires d’analyses.

Actualité oblige, le verdict du procès Erika est tombé. Le groupe Total et trois autres personnes physiques et morales ont été condamnés à des amendes d’un montant de 192 millions d’euros de réparations. La justice a fait un grand pas en motivant ses conclusions par l'introduction d'un nouveau principe, celui du "préjudice écologique". Selon Madame Jeanny MARC, le prolongement de ce principe novateur du "pollueur - payeur, en l'application de la Charte de l'environnement inscrite dans la Constitution de 1958, pourrait selon elle constituer un précédent dans le cadre de la recherche des responsabilités à l'origine de la contamination de nos sols antillais par les pesticides.