Monsieur Aimé CESAIRE peut être qualifié de chantre du concept de "négritude". Issu d'un milieu modeste de la Martinique profonde, Aimé CESAIRE a su s'ériger, telle une balise incontournable, comme un missionnaire au service de la promotion de l'apport de la civilisation noire et de ses vertus dans la construction de l'histoire de l'humanité.

L'homme s'en est allé mais sa pensée demeure, son combat subsiste. Son immense action de conscientisation continuera à recevoir des résonances au-delà des océans et des civilisations. Puissent les générations qui suivront continuer à arpenter les sentiers ardemment battus en brêche de son vivant. Puissent ces générations porter à la postérité ce riche héritage qu'il nous a légué. Héritage emprunt de vertus de rectitude, de fierté, de courage, de solidarité et de progrès.

Homme de lettres, homme politique, homme de gauche, homme de couleur constitué en substance d'une fibre profondément humaniste et progressiste, Aimé CESAIRE est un symbole pour toute la communauté négro-africaine.

Il a conseillé nombre d’élus dans leur démarche politique avec la simplicité et la modestie qui caractérisent les grands hommes. Son investissement en politique est pour moi une leçon d’abnégation au service des plus démunis.

Je tiens à l'accompagner en sa dernière demeure en me rendant dès samedi à l'hommage funéraire qui lui sera rendu par le peuple martiniquais. 

Sa disparition me touche personnellement et attriste toute la classe politique guadeloupéenne.