CIOM_1

Jeanny MARC a participé à la seconde réunion du comité de suivi des mesures du Conseil Interministériel de l'Outre-mer (C.I.O.M) qui s'est tenue le lundi 19 juillet 2010 en Préfecture de la Guadeloupe.

Au cours d'une réunion de 02h30, Le Préfet Jean FABRE entouré des directeurs de services déconcentrés de l'Etat, a présenté aux Présidents d'ateliers des Etats-Généraux, les actions entreprises par son administration dans le cadre de la mise en oeuvre des 137 mesures arrêtées par le C.I.OM du 06 novembre 2009.

Premier constat : Madame le Député - Maire de Deshaies a d'abord noté à l'issu des travaux, qu'à peine 1/3 des 137 mesures du C.I.O.M avait réellement fait l'objet d'un processus d'implementation. Selon elle, la communication officielle du Ministère de l'Outre-mer annonçant  "2/3", s'apparente à un exercice d'illusionnisme destiné à mieux faire accepter les hausses successives du prix des carburants.

Deuxième constat : Madame MARC a adressé ses félicitations aux coordonateurs du "Plan de lutte contre l'illétrisme" pour le contenu et l'ambition affichée dans la mise en oeuvre du dispositif. Cependant, Madame le Député regrette que la mise en œuvre du "Plan d'urgence pour la Jeunesse" n'ait pas mobilisé beaucoup plus de moyens de la part du Gouvernement.

Troisième constat : Le Président de la République a annoncé lors du C.I.O.M du 06 novembre 2009 que l'Université des Antilles-Guyane disposerait d'une faculté de médecine de plein exercice en Guadeloupe. Madame Jeanny MARC déplore que des mesures transitoires n'aient pas été mises en place pour assurer dans de meilleures conditions l'affectation dans des facultés de l'hexagone des étudiants de troisième année de médecine.

Quatrième constat : Il est surprenant que l'atelier "Gouvernance" n'ait guère fait l'objet de mesures concrètes et ce, en dépit des demandes répétées de Maître MARIANNE (Président de l'atelier Gouvernance).


Discours_Sarko


Madame le Député - Maire de Deshaies affirme vouloir rester vigilante à la mise en oeuvre des mesures issues du C.I.O.M. Conformément aux engagements pris par le Gouvernement, elle lui demande de procéder à la nommination rapide du Haut Commissaire au Développement Endogène.

Pour Jeanny MARC, les 7 présidents d'ateliers des E.G.O.M avaient eu raison de demander la création de cette instance de suivi des décisions du C.I.O.M car c'est en raison de leur vigilance que ces Etats-Généraux ne se transformeront pas en outil destiné à servir des intérêts électoralistes.