Par courrier en date du 28 octobre 2010, j'ai souhaité appeler l'attention du Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, sur les circonstances particulièrement graves qui, depuis septembre 2010, nuisent à l'expression en toute sérénité de la vie estudiantine sur le campus de Fouillole.

Fidèle à ma méthode de travail, ce courrier intervient à la suite de plusieurs entrevues  que j'ai eu avec le Président de l'Université des Antilles et de la Guyane et plusieurs membres de la communauté universitaire.

Aujourd'hui, les mutations socio-démographiques autour du Campus de Fouillole appellent des pouvoirs publics des réponses immédiates car la multiplication des comportements dangereux au sein de la structure fait craindre des conséquences dommageables pour la sécurité, voire même pour la vie des membres de la communauté universitaire.

Il me paraît désormais urgent de devoir mobiliser des moyens supplémentaires pour accompagner l'Université des Antilles et de la Guyane dans les efforts que l'institution a entamé en vue de réduire son exposition aux multiples phénomènes d'insécurité.





Vous pouvez télécharger une copie du courrier en clickant sur le lien suivant:

Courrier_P_cresse_U