La ''vague bleue'' ne déferlera pas en Guadeloupe. Bien plus que cela. Jeannie Marc, désormais député et maire de Deshaies, s’impose dans la troisième circonscription face à l’ancien député UMP de Joël Beaugendre, portant ainsi à trois postes sur quatre la présence socialiste dans le département. Sa méthode ? La démocratie participative.

Ségolène Royal. Son nom aura été cité lors de cette campagne électorale. Pas trop cependant. Et pour cause...La "vague bleue" déferlera sans doute sur l’Assemblée nationale mais pas sur la Guadeloupe. Tsunami socialiste dans le département ? Les chiffres de l’abstention appellent à la prudence. D’Eric Jalton à Victorin Lurel, en passant par le nouveau député de la troisième circonscription : tous ceux-là étaient, quoiqu’il en soit, en tête du comité de soutien à Ségolène Royal lors de l’élection présidentielle de mai dernier. Tous lui ont conservé son soutien, notamment via les positions exprimées lors de la campagne sur le renforcement du service public, sur l'éducation ou la politique à mener en faveur de l'immigration clandestine. Si les résultats dans la première et la quatrième circonscription étaient plus ou moins prévisibles, c’est surtout le tour de force réalisé par Jeannie Marc qui confirmera cet état de fait. Le bilan de Joël Beaugendre, UMP, n’aura pas suffi. L’union de la droite non plus.

La méthode "Marc"

"C’est de cette façon que j’ai géré ma commune. C’est de cette façon que j’ai dirigé mon mandat de conseiller général. C’est également ainsi que je vais gérer mon poste de député", a expliqué Jeannie Marc, la surprise de la troisième circonscription. La démocratie participative est, selon elle, une logique politique. D’aucuns, à l’instar de José Toribio, candidat défait au premier tour, auront invité la "gauche à trouver de nouvelles directions". Jeannie Marc semble devoir lancer la machine et prendre le contre-pied de ses collègues nationaux en empruntant ouvertement la voie "Royal".

Extrait de Newmedia (www.newmedia.fr.info), Dominique URBINO (17/06/2007)