C’est par un vote positif que je souhaite participer à la mise en cohérence des attentes de la population avec la Constitution de la Vème République.

Consciente que cette constitution française est le socle fondamental sur lequel repose « la vie » de nos concitoyens, je ne peux que constater l’inadaptation de celle-ci face aux réalités auxquelles sont confrontées nos sociétés.

Comment mettre en cohérence une France qui aspire  à une modernisation pour gommer ses handicaps majeurs,  face  à la mondialisation qui fragilise de plus en plus notre pays freiné par un cadre législatif dépassé voire obsolète ?

Je tiens à souligner que mon vote positif en faveur de la réforme de la constitution et de la modernisation des Institutions, n’est pas un soutien à la politique du Président de la République, mais la traduction d’une volonté ferme d’adapter nos institutions aux attentes réelles de tous nos compatriotes  quelque soit le lieu où ils se trouvent sur le territoire national.

De plus, mon vote pour la réforme constitutionnelle, se trouve renforcer par la décision du gouvernement de préciser les modalités d’application de l’article qui vise à permettre aux assemblées des DOM, la Réunion exclue, à légiférer dans le domaine  législatif,  hormis les domaines régaliens.

La volonté politique ne suffit pas, il faut faire bouger les choses en profondeur, il nous faut les outils adaptés aux nouvelles ambitions  et exigences de nos populations de ce 21ème siècle.

Que l’on soit d’une idéologie de gauche ou de droite,  les constats alarmants sont avérés, la réforme de nos institutions s’impose à nos responsabilités. Je suis un élu responsable, je veux assumer cet acte de courage politique car, de mon point de vue la constitution n’est ni de droite ni de gauche.

Cette réforme est nécessaire pour redynamiser notre pays et donner un nouveau souffle à nos institutions.