On nous annonce une augmentation des prix du carburant pour la Guadeloupe dans les prochains jours.

Dans le même temps, l'Assemblée Nationale rend publique les propositions de la Mission d'information commune sur le prix des carburants dans les DOM.

Récemment encore, on nous a annoncé l'attribution d'une forte subvention au profit de la SARA, sans  explication aucune à la population.

En mars 2009, la sortie du "rapport Bolliet " a défrayé la chronique par le caractère surprenant de ses préconisations (notamment en proposant la suppression massive d'emplois dans les stations-service).

Ce sont ainsi une succession de rapports et d'études qui ont tous confirmé ce que le collectif LKP avait eu l'occasion de dénoncer avec force en début d'année.

Je constate que la profusion et les contradictions des informations qui gravitent autour de la question de la formation des prix du carburant n'ont qu'un seul objectif : Ne pas régler le problème du pouvoir d'achat des Guadeloupéens. Désormais, le Gouvernement a en sa possession tous les leviers qui doivent lui permettre d'agir en conscience, et, pour une fois en faveur des populations ultra-marines.

Quand on sait que la double constante de l'opacité dans la formation des prix et les augmentations successives des tarifs de l'essence en Outre-mer ont été les éléments déclencheurs d'une crise sans précédent dans l'ensemble des collectivités ultra-marines. Les explications peu convaincantes des autorités donnent le sentiment à la population de ne pas être respectée ou alors que ses efforts et ses attentes ne sont pas une priorité pour les pouvoirs publics.

Ainsi, je demeure persuadée que la répercussion du coût du baril sur le marché international ne peut pas être supportée de la sorte en Outre-mer (les hausses du prix du baril sont répercutées immédiatement tandis que les baisses le sont sur des périodes de temps beaucoup plus longues). D'ailleurs, différentes études tendent à démontrer l'insoutenabilité du procédé pour le consommateur final.

J'invite donc Monsieur le Préfet et de surccroît le Gouvernement à faire preuve de discernement et de justesse dans l'application de toutes mesures qui n'auront que pour seule conséquence de "mettre le feu aux poudres !"

Nous travaillons tous au retour d'une paix sociale, que nous savons fragile. Nous attendons de l'Etat qu'il nous accompagne en agissant dans la transparence avec les populations qui demeurent en état de haute vigilance sur la question du pouvoir d'achat